(é)Prise de parole

Face aux stéréotypes de genre

« Tu vas te transformer en homme ».
Dana

Face aux stéréotypes de genre

« Je ne veux pas me laisser freiner par des étiquettes ».
Daphné

Face aux stéréotypes de genre

« Au final c’est un bourrage de crâne ».
Edith

Face aux stéréotypes de genre

« Défendre ma place dans le monde a un intérêt pour tout le monde ».
Fanny

Habiter nos luttes

Trois jeunes femmes et le squat

Projet

Ce blog est un espace d’expression et de partage pour celles et ceux qui subissent les conséquences des violences et des inégalités entre les genres. Pour celles et ceux qui les questionnent. Pour celles et ceux qui les refusent et les combattent.

previous arrow
next arrow
Slider

(é)Prises de vues

Dossier Face aux stéréotypes de genre

Les premières vidéos postées sur ce blog sont le fruit d’une collaboration entre des travailleuses.eurs en éducation permanente du Cvfe et le collectif La Tête Haute, fondé début 2019 par de jeunes féministes et activistes liégeoises. Le groupe a choisi de filmer avec des smartphones afin de rendre la démarche accessible à tout.e.s.

Découvrant ensemble et pas à pas les exigences d’une tel projet collectif, nous avons réalisé 5 capsules dont une sous forme de podcast. Pour les 4 vidéos, nous avons rencontré et interviewé des jeunes femmes sur le thème des stéréotypes de genre et de certains de leurs impacts sur leur vie. Le podcast est lui consacré à la rencontre avec trois jeunes activistes féministes qui partagent et échangent à propos de leur récente expérience au sein du squat/centre social autogéré Entre-murs Entre-Mondes, sur les bords de Meuse à Liège.

Ce projet a bénéficié du soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles via l’appel à projet annuel de son Assemblée pour les droits des femmes Alter-Egales.

Réparer des serrures et ouvrir des portes. Être femme –mais pas que !- dans un milieu typiquement masculin. S’auto-éduquer pour repérer les discriminations. Lutter contre les pressions sexistes… sans s’épuiser. Associer lunettes féministes et curiosité pour l’autre. S’auto-éduquer et prendre le temps d’éduquer.

Refuser les violences contre celleux qui ne se fondent pas dans la culture hétéro. Assumer d’être hors-normes. Trouver des lieux et des liens safe. Croire que les autres peuvent changer. Militer en solo et en collectif, avec des mots et avec des fringues. Marcher la tête haute.

Avoir en tête 5 kilos en trop. Aimer pousser lourd. Vivre sous pressions. Découper les étiquettes. Craindre les jugements. Se juger soi-même. Apprendre à aimer son corps.

S’initier au sport via maman. S’ennuyer dans le fitness. Pratiquer le
bodybuilding avec passion. Battre nettement des hommes. Refuser le
sexisme en salle. Tous les sports pour tous les genres.


(é)Prises de sons

Habiter nos luttes : trois jeunes femmes et le squat

Comme les vidéos réunies dans le dossier « Face aux stéréotypes de genre », cet enregistrement audio est né de la collaboration entre le département d’éducation permanente du CVFE et le jeune collectif féministe La Tête Haute.

Trois femmes âgées d’une vingtaine d’années témoignent ici anonymement de leur expérience récente au sein d’un squat/centre social porté par le Collectif de militant.e.s liégeois.e.s Entre-Murs, Entre-Mondes, dont la « démarche est de créer, à travers les valeurs du commun, de l’entraide, de la solidarité ou encore de l’autonomie, un espace de vie, d’échange et d’émancipation ».

Il y est question d’attaquer le patriarcat à la fourchette. D’idéaux politiques et d’ouverture sur le quartier, de militances et d’amitiés, d’apprentissages et de nouveaux savoirs, de réunions non-mixtes et de leurs impacts sur un squat mixte, de sororité et de confiance en soi, de repenser le monde et de lutter pour le transformer…en un grand squat.

(é)Prises de mots

LES NOUVEAUX DESSOUS DU PORNO FEMINISTE A LERE NUMERIQUE.

Avoir écrit sur le porno féministe aura questionné plus d’un.e autour de moi.  Pourquoi donc s’intéresser à la pornographie !? Etait-ce dans mes habitudes ? Était-ce grisant ? Cradingue ? Comment je me positionnais par rapport à tout cela ? Qu’ai-je pu trouver ou non sur les sites gratuits en ligne qui pullulent sur Internet ? « Et tu as vu Ovidie ? », « Tu connais Emilie Jouvet ? », « le porno chic », « un projet bruxellois de euh… je ne sais plus comment elles s’appellent… ». « Est-ce que ça t’excite ? » « Et qu’est-ce que tu fais quand tu les regardes ? » Du tricot ?

Close Menu